Togo : les organisations syndicales face au Ministre Kokoroko, évoquent le maintien ou non de la date de la rentrée scolaire

269 vues

Togo : les organisations syndicales face au Ministre Kokoroko, évoquent le maintien ou non de la date de la rentrée scolaire

Le ministre des Enseignements Primaire Secondaire Technique et de l’Artisanat, Prof Kokoroko était en fin de semaine dernière face aux organisations syndicales de l’éducation, des représentants des associations des parents d’élèves, et ceux de l’enseignement privé confessionnel.

Une rencontre axée sur les défis de l’univers éducatif national mais aussi et surtout sur les projections de l’année scolaire 2020-2021.

Voici le rapport de cette rencontre dressé par la Coordination des Syndicats de L’Education du Togo (CSET).

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ENTRE LES PARTENAIRES DE L’ÉDUCATION ET LE NOUVEAU MINISTRE


Sur invitation du Ministre des Enseignements Primaire Secondaire Technique et de l’Artisanat, les organisations syndicales de l’éducation, le représentant des associations des parents d’élèves, et ceux de l’enseignement privé confessionnel ont pris part à une séance de travail ce mercredi 07/10/2020 au cabinet du MEPSTA.

L’ordre du jour portait sur:

  • les présentations
  • les défis du sous- secteur
  • les perspectives pour l’année scolaire 2020-2021
  • les divers
    La rencontre débuté à 16h30.
    Le ministre était accompagné du directeur de cabinet et de madame la secrétaire générale.

Dans son mot introductif le Ministre des Enseignements Primaire Secondaire Technique et de l’Artisanat(MEPSTA), Professeur KOKOROKO a parlé de la vision de l’enseignement et des problèmes qui minent le sous-secteur. Pour lui, c’est en homme convaincu qu’il découvre le système l’éducatif car il en est un produit. Il reconnaît ensuite les faiblesses de l’administration, les difficultés liées au système éducatif ” l’école n’est pas en faillite malgré les difficultés, cependant, ” ce sont les acteurs qui ont démissionné”.
À cet effet, il envisage apporter un renouveau dans le secteur avec le concours de tous, à travers une gestion saine et rigoureuse.
C’est après cette introduction que les présentations ont été faites.

Abordant les défis du sous-secteur de l’éducation, le ministre a estimé que pour rattraper le retard accusé, nous devons tenir un langage de vérité et éviter un langage de surenchère.

Les organisations syndicales ont félicité le franc parler du ministre et se sont portés volontaristes à l’accompagner à condition qu’il joue pleinement, lui aussi sa partition. Elles ont souhaité voir le ministre œuvrer à la mise en œuvre effective du protocole d’accord dont certains points restent encore en suspens. Il s’agit entre autre de:

  • l’indexation des deux milliards de 2019 et des discussions sur le montant de 2020
  • le concours de recrutement des enseignants volontaires
  • le concours de recrutement et la formation du personnel d’encadrement pédagogique
  • la construction et l’équipement des infrastructures scolaires
  • le remboursement des rétros de la CNSS
  • le règlement définitif du problème des collègues transférés
  • la lenteur administrative dans le traitement des dossiers
  • le problème lié au double flux et à la double vacation
  • la convention église-État
  • les dispositifs de lave-mains, gels, bavettes en milieu scolaire.

Répondant à ces multiples préoccupations, le nouveau locataire du MEPSTA a dit avoir fait une première lecture du protocole d’accord et va très prochainement se l’approprier en vue de répondre avec plus d’objectivité à nos attentes.

Abordant la question des perspectives, le ministre estime qu’il faut faire gagner le système éducatif en qualité. À cet effet il a mis l’accent sur la réforme des écoles et centres de formation initiale, mais aussi envisage t-il renforcer la formation continue.

Quant au représentant des associations des parents d’élèves, il compte accompagner le gouvernement en mettant à disposition des écoles des masques. De son côté, le représentant de l’enseignement confessionnel catholique compte mettre leurs infrastructures à profit pour palier aux problèmes liés au double flux et à la double vacation.

La question liée à l’enseignement ou non de l’Education Physique et Sportive à partir de la rentrée prochaine a également été évoquée. Le ministre a promis avoir des discussions les responsables de l’INJS, la Commission de gestion de la lutte contre la covid-19 et le ministre des sports, avant la prochaine séance.

Dans les divers, les organisations syndicales ont réitéré leur souhait de trouver des réponses adéquates à leurs préoccupations évoquées et qu’une communication soutenue soit faite autour de la rentrée si la date du 26/10/il est maintenue.
La rencontre a pris fin à 19h 20.

Le rapporteur de séance et porte-parole des fédérations.
KPONOR SEGBEDJI GBDEDEY

Pour la CSET,
ATSOU-ATCHA Y. Iletou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 15 =


Close