Du sexe au Château de Glamis, voici pourquoi le cousin de la reine Elizabeth II risque…

102 vues

Du sexe au Château de Glamis voici pourquoi le cousin de la reine Elizabeth II risque…

D’après le « Daily Mail », les faits se sont produits l’année dernière lorsque Simon Bowes-Lyon organisait un évènement au château de Glamis, en Écosse.

Nouveau scandale au sein de la famille royale britannique. Plus d’un an après que le prince Andrew s’est retiré de la vie royale publique suite à l’affaire Epstein, l’homme d’affaires a été accusé à plusieurs reprises de trafic sexuel de mineurs et beaucoup accusent le frère du prince Charles d’en avoir profité, un nouveau membre de la monarchie britannique doit faire face à la justice.

Mardi 12 janvier, le « Daily Mail » a révélé que Simon Bowes-Lyon, un cousin éloigné de la reine Elizabeth II, risquait jusqu’à cinq ans de prison pour avoir agressé sexuellement une invitée au château de Glamis, la maison d’enfance de la reine mère située en Écosse.

« IL VOULAIT AVOIR UNE LIAISON AVEC ELLE »

Selon le journal britannique, les faits se seraient produits le 13 janvier 2020, lors d’un évènement organisé par le comte de Strathmore et Kinghorne, lui-même. Ce dernier aurait fait irruption dans la chambre de la victime pendant qu’elle dormait. « Elle a été réveillée en frappant à la porte », indique Lynne Mannion, adjointe au procureur général. Selon elle, le cousin de la souveraine explique alors à la jeune femme : « C’est important. Laissez-moi entrer s’il vous plaît ». « Elle pensait que quelque chose n’allait pas, alors elle s’est levée. Il faisait nuit noire. À la seconde où elle a ouvert la porte, il l’a poussée à l’intérieur. Il était ivre et sentait la cigarette. Il lui a dit qu’il voulait avoir une liaison avec elle. Il a essayé de remonter sa chemise de nuit », poursuit-elle. Lorsque la victime a réussi à repousser ses avances, Simon Bowes-Lyon l’aurait traité de « personne grossière, méchante et horrible » et lui aurait dit qu’elle ne pouvait pas lui dire ce qu’il devait faire dans sa propre maison, avant de quitter finalement la chambre.

Ce mardi, Simon Bowes-Lyon a admis les faits devant la cour de Dundee, au nord-est de l’Écosse, et risque désormais jusqu’à cinq ans de prison. Il a également présenté ses excuses à la victime en quittant la cour, ajoutant qu’il avait « grandement honte » de sa conduite et que « l’alcool n’était pas une excuse ».

En attendant le verdict, l’homme de 34 ans a été libéré sous caution et inscrit sur le registre des délinquants sexuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =


Close